Exercice magique pour créer un bon personnage de roman

Il vous est peut-être déjà arrivé d’essayer de construire un bon personnage pour votre roman, et de vous apercevoir que quelque chose chez lui clochait. Bien souvent, un personnage qui ne « fonctionne » pas est un personnage qui n’est pas assez ancré dans le réel. Qu’il s’agisse du héros de votre histoire ou d’un simple personnage secondaire, il doit respecter ce principe de vraisemblance. D’accord me direz-vous, mais est-ce que ça s’apprend quelque part ce truc de la vraisemblance ? Eh bien oui, créer un bon personnage de roman, ça s’apprend. Et même que j’ai un petit exercice magique pour vous y aider !

 

S’exercer à créer un bon personnage de roman en 4 étapes

Cet exercice d’écriture se déroule en 4 étapes :
– L’observation
– La déduction
– L’identification
– L’extrapolation

Et si possible dans cet ordre, parce que sinon ça fonctionne moins bien. Il s’agit ici de partir d’un point de vue extérieur pour ensuite travailler notre personnage de façon de plus en plus fine et précise.

Allez hop, assez parlé. On passe à l’action.

 

1. L’observation

La première étape de cet atelier d’écriture consiste à aller travailler, ou à se promener, ou à se poser tranquillement dans un parc, ou sur une plage… Trop facile.

Oui, mais il va falloir être en mode observateur tout de même, sinon ça ne serait pas un exercice d’écriture, mais une simple flânerie (je n’ai rien contre, mais on n’est pas là pour ça).

Vous allez donc choisir une personne parmi celles qui seront à votre portée. Et ensuite, il s’agira de l’observer.

Ça peut être cette dame aux chaussures jaunes qui a décidé de poser sa serviette de bain à côté de la vôtre sur la plage. Oui, même si vous auriez eu envie qu’elle la pose un peu plus loin, sa serviette. Ou encore cette jeune mère de famille qui perd son calme devant le toboggan. Ou ce vieil homme qui balaie devant sa supérette de bon matin.

Comment est-elle habillée ? Quel âge peut-elle avoir ? Comment marche-t-il ? A-t-elle une façon particulière de parler (le genre de détail qui pourrait s’avérer utile pour pimenter un dialogue un peu fade) ? Ou de tenir son balai ? Ou de courir ?

Bref, vous observez de façon active. De manière à remarquer le moindre détail. Et surtout, pas de jugement. On a tous connu des hauts et des bas (moi-même, je suis en train de rédiger cet article en jogging…).

 

2. La déduction

La deuxième étape de l’exercice consiste à jouer au jeu des déductions.

Vous avez remarqué que la jeune mère boitille légèrement. Essayez d’imaginer quelle est la raison de ce boitillement. Si elle se montre agacée, émettez des hypothèses sur la raison de cet agacement.

Vous avez noté que la dame de la plage portait des couleurs vives ou des vêtements amples. Ou au contraire, des vêtements sombres et très ajustés. Imaginez alors la raison de ce choix. Peut-être tente-t-elle de se mettre en valeur, ou au contraire de se cacher. Ou bien encore est-ce le reflet de son état intérieur…

Il y a beaucoup de choses à déduire à partir du langage corporel, de l’attitude générale, de la façon de parler, ou du choix des vêtements.

Que vos hypothèses soient vraies ou pas, ça n’est pas le problème. Vous êtes en train de mener un travail d’écrivain en essayant de travailler un personnage. Il ne s’agit pas d’un travail journalistique, mais bien d’un exercice d’imagination. Même si celui-ci vient tremper sa plume dans le réel.

 

3. L’identification

C’est peut-être ici que l’exercice se corse un peu. Mais c’est peut-être également ici qu’il commence à devenir intéressant.

Il va falloir vous glisser, pendant quelques instants, dans la peau de ce personnage en puissance que vous avez choisi d’observer. Et cela afin d’endosser ses émotions.

Le but est de prendre sa place (métaphoriquement) pour essayer de ressentir ce qu’il vit. Car la partie psychologique est l’une des choses les plus importantes pour créer un bon personnage pour votre histoire.

Cette maman qui crie sur ses enfants. Que vit-elle exactement ? Quelles émotions la traversent ? Est-ce que ça lui fait du bien de crier ? Ou au contraire cela l’amène-t-elle à culpabiliser davantage encore ?

Ce vieil homme qui balaie les mégots devant la vitrine de son magasin. Qu’est-ce qu’il se passe dans sa tête ? Est-il agacé de voir que les gens montrent aussi peu de respect pour des lieux que lui vénère ? Est-il blasé ? Ou au contraire finira-t-il cette corvée avec le sentiment du devoir accompli et la satisfaction de pouvoir observer son bout de trottoir de nouveau immaculé ?

Ensuite, vous poserez des mots sur tout cela. Vous verrez que c’est assez bluffant.

 

4. L’extrapolation

Allez dernière petite étape de cet exercice d’écriture. Et peut-être la plus amusante… L’extrapolation.

Essayez d’imaginer ce qu’il va se passer ensuite. Évidemment, vous pouvez inventer (sauf si vous avez des dons d’oracle, sait-on jamais).
Inventez ce qu’il va se passer immédiatement après que le vieil homme aura fini de balayer son bout de trottoir. Ou dans une heure, lorsque la mère de famille épuisée rentrera de la promenade au parc avec des enfants rassasiés de jeux. Ou ce soir, lorsque la dame aux chaussures jaunes rentrera de la plage.

Qui vont-ils retrouver ? À qui vont-ils parler ? Que diront-ils s’ils doivent raconter leur journée à quelqu’un ?

Là encore, la seule limite sera votre imagination. Et c’est ce qui est formidable lorsque l’on doit créer un personnage pour un roman.

 

Pourquoi cet exercice est intéressant pour améliorer ses personnages ?

Créer un bon personnageCet exercice d’écriture est l’un de mes préférés. Et cela pour plusieurs raisons :

– Il peut se pratiquer n’importe où et n’importe quand. Vous pouvez croiser des gens partout, et tous ont une histoire. Tous vivent quelque chose et sont traversés d’émotions. La matière première est inépuisable.

– Il permet de développer votre capacité d’observation. Et remarquer ce que les autres ne voient pas, je trouve que c’est une grande force dans la vie.

– Il permet de travailler sur l’empathie. Oui, je trouve que dès que l’on observe une situation, on a tendance à vite pencher du côté du jugement. Avec cet exercice, non seulement on corrige cela, mais en plus on apprend à poser des mots sur les émotions.

– Il fait travailler l’imagination. C’est peut-être l’une des choses qu’on a le moins besoin de travailler lorsque l’on se met à écrire (enfin, en principe). Mais toutes les occasions sont bonnes pour muscler notre imagination, non ?

 

Alors oui, créer un bon personnage, ça ne s’improvise pas. Mais j’espère que ce nouvel exercice vous aidera à fabriquer vos prochains personnages d’une façon amusante. Et bien sûr, si vous en tenez un qui a du potentiel, gardez-le bien en tête. Notez tous les détails. Ils vous seront sans doute utiles lorsque vous lui ferez sa petite fiche personnage 😉

 

  • 524
    Partages

4 commentaires

  • isabelle yvelin

    Cet article est vraiment très origiinal.
    J’ai fait un tour sur ton blog et j’aime beaucoup son design sobre ainsi que le ton que tu utilise. Je pratique la morphopsychologie (discipline qui permet d’associer des traits de personnalité aux traits du visage) et cet article me renvoie à un petit exercice auquel je m’adonne : donner un visage à un personnage de fiction grâce à la descritpion de l’auteur (description psychologique), par exemple je me dis : à quoi ressemblerait la vraie Scarlette o’Hara.
    @+ Isabelle

    • Cécile

      Merci Isabelle !
      C’est intéressant ce que tu racontes. Et finalement, un peu le processus inverse de celui de mon petit exercice, ou du moins, ce qui viendrait si on passait du côté du lecteur 🙂

  • Celine Newstart

    Hello Cécile, merci beaucoup pour ton partage d’exercice. Grâce à ton article je réalise que je pratique intuitivement et mentalement depuis toute petite cet exercice. Pour moi c’est quelque chose d’amusant et de naturel d’imaginer des personnages derrière une vraie personne, sans la connaître. Une question : as-tu déjà fait cet exercice en partant de personnes que tu connais personnellement ou pars-tu toujours de personnes inconnues ? Merci à toi pour ce partage.

    • Cécile

      Bonjour Céline,
      Pour cet exercice, je pars de personnes inconnues. Il m’arrive de m’inspirer de personnes que je connais, mais dans ce cas, je procède un peu autrement 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez votre KIT DE DÉMARRAGE pour écrire un roman !