l'écriture thérapeutique

5 exercices simples pour commencer l’écriture thérapeutique

Vous avez le blues. Vous vous sentez déprimé(e). Des pensées sombres vous collent aux basques. Vous rencontrez des problèmes d’endormissement. Vous souffrez d’anxiété. La morosité vous guette. Aïe… pas toujours facile de garder le sourire, surtout en période de déprime saisonnière. Et si vous utilisiez votre plume d’auteur ou d’autrice pour profiter des bienfaits de l’écriture thérapeutique ? Cette discipline, issue de l’art-thérapie et de la psychologie positive pourrait vous aller comme un gant, à vous qui aimez écrire. Car, oui, l’écriture peut également vous aider à retrouver un certain apaisement. Vous allez me dire que tout cela a l’air très sympa, mais que vous ne savez pas trop comment vous y prendre pour faire entrer l’écriture thérapeutique dans votre vie. Pas de souci : voici 5 petits exercices super simples pour vous aider à retrouver le moral.

 

L’écriture thérapeutique, qu’est-ce que c’est ?

Je suis certaine que vous le savez déjà, vous qui êtes de grands « écriveurs », écrire fait du bien. D’ailleurs de nombreuses expériences scientifiques ont prouvé les bienfaits de l’écriture. Et c’est assez bluffant de constater que l’écriture peut améliorer le système cardio-vasculaire, accroître l’immunité, ou accélérer la cicatrisation ou le taux de rémission. Tout autant que soigner les blessures de l’âme.

Ce n’est donc pas pour rien que l’écriture est régulièrement utilisée à des fins thérapeutiques par des psychologues ou des arts-thérapeutes. Elle est d’ailleurs un outil auquel recourent volontiers la psychologie positive et le développement personnel.

 

Concrètement, il y a deux façons de mêler écriture et thérapie :

– La première consiste à raconter sa vie et son parcours à une tierce personne, qui ensuite rédigera une biographie à partir de ce récit de vie. Ici, le bien-être viendra du fait d’extérioriser ses souvenirs, de les confier à une personne de confiance, et ensuite de les lire. Cette prise de recul permettra de mettre sa souffrance à distance, voire même de l’esthétiser.

– La deuxième consiste à prendre soi-même la plume et à poser ses pensées sur le papier. Ici, la personne devient complètement actrice du processus. Elle extériorise ses émotions par le biais des mots. C’est de cela dont il s’agit lorsque l’on parle d’écriture thérapeutique ou de thérapie par l’écriture.

Concrètement, l’écriture thérapeutique peut se pratiquer de manière encadrée (lors d’ateliers d’écriture, guidés par un spécialiste en art-thérapie par exemple). Mais elle peut aussi s’exercer de façon individuelle, selon un rituel d’écriture qui sera propre à chacun.

L’écriture thérapeutique pourra devenir une pratique quotidienne ou se faire ponctuellement. Elle pourra intervenir suite à un événement négatif ou traumatique. Ou simplement être utilisée pour mieux vivre le quotidien, réduire de petites anxiétés ou ancrer des pensées positives. Elle peut ainsi être très efficace pour lutter contre les croyances limitantes qui vous gâchent la vie.

Ici, je vais vous présenter 5 exercices simples pour tester les bienfaits de l’écriture thérapeutique. Vous pourrez ensuite essayer ces exercices d’écriture à votre rythme et selon votre envie.

 

1 – Le journal du matin

Pour ce premier exercice, il s’agit de démarrer la journée en conservant les bienfaits de la nuit. En effet, le sommeil vous aura permis de retrouver un certain apaisement et de mettre à distance les émotions fortes de la veille. Il s’agit donc de considérer cette nouvelle journée comme une page blanche sur laquelle vous pourrez choisir d’écrire les choses d’une façon différente.

Pour ce faire, il vous faudra un cahier, qui deviendra votre « journal du matin » (on peut également appeler cela le journaling). celui-ci vous aidera à mettre des mots sur les pensées et les émotions qui auront tendance à venir grisailler votre journée. Pour ensuite les remplacer par des pensées plus positives qui vous permettront de partir du bon pied.

Chaque matin, vous prendrez quelques minutes pour y écrire les pensées qui vous traversent l’esprit : vos inquiétudes, vos espoirs, vos envies, etc.

L’objectif est de vous aider à canaliser les émotions qui vous envahissent dès le matin, et prendre un peu de recul. Ainsi, vous pourrez aborder cette nouvelle journée avec le cœur léger. Pour vous donner une comparaison, c’est un peu comme si vous choisissiez les pensées que vous porterez avec le même soin que les vêtements que vous vous apprêtez à enfiler.

 

2 – Les kifs du jour

Pour ce deuxième exercice, il faudra attendre le soir. Il s’agira ici d’écrire dans un cahier (oui, encore un) vos kifs du jour : chaque soir, vous noterez les trucs cools que vous aurez vécus durant la journée. Il peut s’agir d’événements positifs, de bonnes nouvelles, de petites victoires personnelles, ou de simples bonheurs quotidiens.

L’objectif est de repasser sur sa journée pour se focaliser sur le positif, plutôt que de verser dans la routine ou de carrément sombrer dans la négativité. Là encore, vous constaterez que cet exercice vous aidera à mettre de la distance avec les émotions négatives.

Après cela, vous aurez le cœur en joie et vous pourrez trouver le sommeil en ayant l’esprit apaisé. Cet exercice est idéal pour les personnes souffrants de problèmes d’endormissement.

 

3 – Avoir, faire, être

Ici, vous allez prendre le temps de vous demander dans quelle direction vous souhaitez avancer. Cela implique bien sûr d’être honnête vis à vis de soi-même et de s’accepter tel que l’on est, avec ses désirs et ses manques.

L’intérêt de cet exercice est de vous remettre en phase avec vous-même. Et ensuite, de poser des actes qui seront en accord avec votre personnalité profonde. Car l’un des bienfaits de l’écriture thérapeutique est de permettre de se reconnecter avec soi-même, de se réaligner en quelque sorte.

Pour mener ce travail, vous devrez répondre à 3 questions :

– Que voudrais-je avoir ?

– Que voudrais-je faire ?

– Qui voudrais-je être ?

À vous de choisir le délai à apposer à ces 3 questions : que voudrais-je avoir dans 1 an, que voudrais-je faire dans 10 ans, qui voudrais-je être dans 50 ans ou encore lorsque vous aurez 30 ans, 40 ans, ou 80 ans. Un véritable exercice de visualisation.

Une façon vraiment cool de se projeter dans l’avenir et de se rappeler pourquoi on se lève le matin. Et aussi, un moyen de nous ramener à nos rêves et aspirations.

 

4 – Les mots qui comptent

Dans ce 4ème exercice, nous allons jouer avec les mots, d’une manière un peu plus profonde. Il va être question de faire l’inventaire des mots qui ont jalonné (et/ou jalonnent toujours) notre vie. Pas vraiment de littérature ici, mais toutefois beaucoup de métaphores, de comparaisons et d’analogies dont vous ne soupçonniez peut-être pas qu’elles truffaient votre histoire personnelle, et donc votre récit de vie.

L’objectif est de traquer les récurrences, et de voir si elles sont positives ou non pour vous. Il s’agit de faire un petit bilan personnel et intime. Ce qui vous permettra de poser des mots sur les événements de votre vie, voire même de libérer la parole, de façon détournée.

Cet exercice peut être particulièrement libérateur, car il fait émerger des choses que l’on n’avait pas réellement identifiées. Il permet de mettre des mots sur ses expériences et d’analyser le passé. Cette façon de se raconter par écrit amènera une meilleure compréhension de ce que l’on a vécu, et une plus grande acceptation de celui ou celle que l’on est devenu. Prise de recul assurée.

 

5 – Lettres à moi-même

Ah la la, ce dernier exercice, je l’adore !

Je le trouve vraiment incroyable, hyper stimulant intellectuellement. Il mobilisera votre imagination et votre créativité. Et en même temps, il a la capacité d’aller chercher de belles émotions.

Il s’agit d’écrire une lettre à celui (ou celle) que l’on était il y a 1 an, 1 jour, 1 mois, 10 ans. Ou à celui que l’on sera dans 1 jour, 1 mois, 1 an, 10 ans, etc. Les possibilités sont nombreuses. Imaginez un peu… si vous pouviez écrire une lettre à l’enfant que vous étiez, que lui diriez-vous ? Et à votre vous de la fin de l’été, qu’avez-vous envie de raconter ?

Une écriture de soi totalement cathartique.

Selon votre parcours de vie, ces lettres peuvent prendre une tournure assez inattendue, mais sans doute très réconfortante. Elles vous permettront de jauger de votre transformation personnelle, ou de visualiser votre progression future.

On peut aussi s’écrire une lettre à ouvrir quand on aura abouti dans un projet ou une lettre pour le jour où on aura besoin de se souvenir pourquoi on a fait tel ou tel choix. Une sorte de capsule temporelle.

 

Des outils pour pratiquer l’écriture thérapeutique

Exercices d'écriture thérapeutiqueBon, je vous l’accorde, il s’agit ici de petits exercices tout simples pour vous permettre de commencer l’écriture thérapeutique en douceur et de profiter des vertus de l’écrit.

Mais si d’aventure vous aviez envie de prolonger cette expérience de thérapie par l’écriture, sachez qu’il existe de nombreux supports conçus pour cela :

Les outils ne manquent pas.

Ceci dit, je suis certaines que les poèmes, nouvelles ou romans que vous rédigez vous aident sans doute déjà à apaiser certains de vos maux. On va dire qu’en matière de thérapie par les mots, les écrivains ne sont pas les plus mal chaussés 😉

 

Des spécialistes de l’écriture thérapeutique

Sachez également que les spécialistes en écriture thérapeutique commencent à être de plus en plus nombreux. Si un atelier d’écriture s’organise près de chez vous, ça pourrait être l’occasion d’y aller.

Ces ateliers sont menés par différents intervenants :

  • Des psychologues ou psychothérapeutes
  • Des personnes formées en art-thérapie
  • Des coachs bien-être qui pratiquent la psychologie positive
  • Des écrivains spécialisés en développement personnel

Je n’ai malheureusement pas trouvé d’annuaire des spécialistes en écriture thérapeutique, mais si vous allez chercher du côté des arts-thérapeutes ou de certains coachs en développement personnel, vous devriez trouver votre bonheur.

À noter : faites attention à ne pas confondre « écriture thérapeutique » et « graphothérapie ». La 1ère se propose de vous soigner grâce à l’écriture, alors que la 2nde a pour objectif de rééduquer votre écriture (en cas de troubles de l’écriture avéré, tel que la dysgraphie par exemple). Ce n’est pas tout à fait la même façon de soigner grâce à l’écrit, et les exercices d’écriture proposés y seront différents.

 

Les limites de l’écriture thérapeutique

Bien sûr, si votre mal-être est trop profond, si vos angoisses vous paralysent ou si vous sentez que vous êtes plutôt du côté de la dépression profonde que de la déprime passagère, je vous conseille de consulter un psychologue certifié ou un médecin qui saura vous aiguiller pour trouver le traitement ou la psychothérapie adapté à votre situation.

Car malheureusement, ce seul article ne saurait à lui seul guérir une pathologie grave. Et même si les bienfaits de l’écriture sont avérés, ils ne suffisent pas toujours, à eux seuls, à soigner tous les maux.

 

Et voilà ! À vous de choisir ce qui vous tente le plus. Et bien sûr, si vous constatez une amélioration de votre humeur suite à l’un de ces exercices de thérapie par l’écriture, partagez-nous cela en commentaire, ça sera avec plaisir 🙂

 

 

  • 12
    Partages

3 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez votre KIT DE DÉMARRAGE pour écrire un roman !