Lancement d'un livre

Comment assurer le lancement d’un livre quand on n’est pas là ?

Dans l’écriture d’un livre, il y a plein de choses sur lesquelles l’auteur a un certain contrôle. Parmi ces choses que l’auteur ne choisit pas, il y a la date de sortie du livre. Eh oui, lorsque votre livre est édité par une maison d’édition, le choix de sa date de parution est décidé par celle-ci. Ok, me direz-vous, mais comment ça se passe si le livre sort en librairie alors que son auteur est en vacances à l’autre bout du monde, dans un endroit où il ne disposera d’aucune connexion à Internet ? Bref, comment assurer le lancement de son livre, si l’on n’est pas là ? Eh bien, laissez-moi vous répondre, car c’est exactement ce qu’il m’est arrivé pour la sortir de mon deuxième roman !

 

Prévenir son éditeur, pour gérer au mieux le lancement du livre

Lorsque j’ai signé le contrat d’édition de mon deuxième roman, tout était limpide pour moi. Celui-ci devait sortir durant l’automne. Mais au détour d’une conversation avec mon éditrice, j’apprenais que finalement mon livre sortirait en librairie le 21 août. Le travail éditorial avait avancé plus vite que prévu.

What !?!

Oui, ce fut à peu près ma réaction au moment où j’ai appris la nouvelle. Ok, mon roman ferait partie de la rentrée littéraire de septembre (ce qui implique une parution en librairie fin août). Et cela était totalement inattendu.

Rapide coup d’oeil sur mon agenda, et là, je me rends compte qu’à la date de sortie de mon livre, je serai au Sri Lanka. Et donc pas tellement en mesure de gérer la promotion en live.

Première chose à faire : prévenir son éditeur. Certaines maisons d’édition prévoient des soirées de lancement ou une communication accrue sur les réseaux sociaux pour le lancement d’un livre. J’ai donc très vite prévenu mon éditrice de mon absence. Histoire que cela ne gêne pas la bonne marche des choses.

Et je suis partie en m’assurant que tout était ok, une fois le BAT du livre signé.

 

Programmer des publications sur les réseaux sociaux, pour ne pas être totalement absent

Quelques jours avant mon départ pour le Sri Lanka (où je savais que je n’aurai quasiment aucun réseau), j’ai pris soin de programmer quelques posts sur les réseaux sociaux pour relayer la sortie du roman.

Alors certes, gérer cette partie de la promotion du livre en avance, tout en assurant les préparatifs du voyage, ça n’était pas une mince affaire. Mais il me semblait important de ne pas être totalement absente et muette sur les réseaux sociaux au moment de la sortie de mon roman.

Je savais qu’un silence radio à ce moment-là pourrait être mal interprété par les potentiels lecteurs de mon livre.

 

Essayer de communiquer dès que cela est possible, même pour dire qu’on n’est pas là

Il y a eu quelques moments un peu épiques durant mon périple. Des moments où à peine arrivée dans la guest house, je demandais à notre hôte s’il pouvait me fournir les codes du wifi de toute urgence (il a dû me prendre pour une dingue). Des moments où je voyais passer des notifications Instagram et des likes sur Facebook, et où soudain la connexion s’évaporait sans raison.

J’avoue, c’était parfois un peu frustrant.

J’ai donc pris le parti de poster un message sur les réseaux sociaux pour remercier les lecteurs de l’accueil qu’ils avaient fait à mon livre. Et pour leur dire que j’étais très loin, sans connexion.

Habituellement, je ne raconte pas sur les réseaux sociaux que je suis en vacances. Mais là, il me semblait important que les gens sachent que je n’étais pas une sorte de diva qui les snobait alors qu’ils m’envoyaient plein de messages super gentils pour le lancement de mon livre.

Remercier ses lecteurs, ça fait aussi partie des joies du métier d’écrivain.

 

Renoncer à voir son livre sur les tables des librairies dès son lancement

Oui, alors, j’ai bien regardé, croyez-moi. Mais non, mon roman ne figuraient pas sur les tables des librairies des villes que j’ai traversées lors de mon périple au Sri Lanka.

Ok, j’avoue, c’est un énorme kif pour un écrivain de se rendre dans les librairies de sa ville le jour de la sortie de son livre pour voir si celui-ci y est bien présent. Ça rend le truc vraiment concret, vous voyez. Écrire un livre, que ça soit un roman adulte ou un album jeunesse, représente un tel travail ! Parfois, à force de travailler sur un fichier informatique, on en vient à douter soi-même que le livre existe.

Voir son livre, fraîchement publié, sur une table de librairie, c’est un aboutissement.

Lorsque l’on est absent pour le lancement de son livre, il faut faire le deuil de ce moment. Ou le différer du moins.

 

Assurer le lancement d'un livreSi jamais cela vous arrive à vous aussi, de ne pas être là au moment de la sortie de votre livre, rassurez-vous. Vous pourrez vous faire une petite séance de rattrapage. Les messages de félicitations que l’on vous a envoyés seront toujours là à votre retour. Et votre livre vous attendra bien sagement dans les rayonnages de votre librairie préférée (surtout si vous avez prévenu votre libraire). Il y aura certes un peu de frustration à gérer, et le sentiment un peu étrange d’être en décalage. Mais le sentiment de fierté qui vous envahira au moment où vous réaliserez que, ça y est, votre livre est là, lui sera bien présent.

 

NB : je vous ai mis une photo prise en haut de Little Adam Pick, petit souvenir du Sri Lanka 🙂

 

 

  • 15
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez v​otre KIT DE DÉMARRAGE pour écrire un roman !