guérir la panne d'inspiration

Panne d’inspiration | 25 remèdes d’écrivains à tester (ou pas)

Vous voilà assis depuis des heures devant votre bureau, et pas un mot ne vient à vous. C’est la panne sèche côté inspiration. Votre roman est au point mort. Bref, vous auriez bien besoin d’un conseil pour vous débloquer. Ça tombe bien, voici 25 remèdes contre la panne d’inspiration, testés et approuvés par les plus grands écrivains. Ceci, dit, je vous déconseille de tous les mettre en œuvre en même temps, sous peine de vous retrouver dans une situation très compliquée…

 

Et si votre panne d’inspiration venait de votre tenue vestimentaire ?

Je vous l’accorde, l’hypothèse que votre petite panne d’inspiration soit liée à votre façon de vous habiller est peu probable. C’est cependant une piste qui a été explorée par certains écrivains, les amenant à faire quelques choix (parfois osés) pour l’amour de la littérature.

  • Balzac ne pouvait écrire qu’habillé d’une robe de moine, et chaussé d’une paire de babouches marocaines.
  • Edmonde Charles-Roux ne jurait que par ses chaussettes en laine, toujours le même modèle, et légèrement trop petites.
  • John Cheever avait pris l’habitude de travailler ses écrits, uniquement vêtu d’un caleçon.
  • JD Salinger, quant à lui, avait décidé de pousser cette technique à l’extrême, puisqu’il écrivait nu.
  • Victor Hugo tenta la mise à nu également, lors de l’écriture de Notre-Dame de Paris. Pour une raison très simple : sans vêtement, il ne serait pas tenté de sortir. Une méthode anti-distraction qui sembla pour le moins efficace…

 

Soigner votre environnement de travail pour retrouver l’inspiration

Là, ce n’est clairement pas un secret, votre environnement de travail peut vous empêcher de vous concentrer, voire même vous priver de toute inspiration.

Il y a deux écoles en la matière : ceux qui ne réussissent à écrire que lorsque leur bureau est parfaitement rangé, et ceux qui ont besoin d’être entouré d’un savant désordre pour réussir à créer.

Mais avez-vous songé à explorer d’autres pistes ?

  • John Steinbeck vous conseillerait sans doute de poser sur votre bureau douze crayons (ni plus, ni moins), bien taillés et parfaitement alignés. Pour lui, ça fonctionnait à merveille pour tenir à distance la panne d’inspiration.
  • Quant à Frédéric Schiller, il remplacerait les crayons par de pommes, dont selon lui, l’odeur serait particulièrement inspirante.
  • Gertrude Stein, elle, vous enjoindrait de quitter carrément votre bureau d’écrivain pour aller écrire votre roman dans les transports en commun. Le bus semblait en effet avoir un effet particulièrement inspirant sur elle.

 

panne d'inspiration

 

Choisir rigoureusement votre matériel d’écriture

Ah l’inspiration, c’est vraiment un phénomène complexe ! Parfois, il suffit d’un détail pour que ça fonctionne. Chez certains écrivains, le processus d’écriture est entièrement lié à leur matériel d’écriture. Ceci dit, je ne jugerai personne, car j’ai longtemps adoré écrire avec un crayon à papier plutôt qu’à l’ordinateur.

  • Barbey D’Aurevilly ne pouvait écrire qu’à l’encre rouge (sa couleur préférée).
  • Colette écrivait ses romans sur des feuilles de papier bleues.
  • Tout comme Alexandre Dumas (père), qui rédigeait ses romans sur papier bleu, préférant le jaune pour ses œuvres poétiques, et le rose pour ses écrits journalistiques.
  • Nabokov, peut-être le savez-vous, avait un mode d’écriture bien particulier pour ses romans. Il les écrivait sur des fiches bristol. Mais pas n’importe lesquelles : format rectangulaire, assez épaisses mais pas trop, et à lignes. Elles devaient permettre d’aligner environs 150 mots. Ce système lui permettait de déplacer les passages d’un texte, sans avoir à le recopier ou le raturer (non, le copier-coller n’a pas toujours existé).
  • Côté crayon, je vous invite à tester la technique de Jean d’Ormesson, qui écrivait avec un crayon à papier (et rien d’autre). Le même crayon pour tout un roman.

 

Avez-vous pensé à modifier votre posture d’écriture ?

Votre écriture bloque. Et si c’était votre corps qu’il fallait débloquer ? C’est en tous cas une hypothèse qui a été vérifiée par de nombreux écrivains, qui ont trouvé des postures d’écriture leur permettant de libérer toute leur énergie créatrice.

  • Virginia Woolf, Lewis Caroll, Philip Roth, et bien d’autres préfèrent écrire debout, voire même appuyés sur une commode.
  • Une théorie à laquelle n’adhèrent pas Marcel Proust, Georges Orwell, Mark Twain, ou Truman Capote, qui rédigeaient allongés dans lit ou un canapé. À vous de tester…
  • Sir Walter Scott semblait aimer écrire à dos de cheval (ne me demandez pas comment, je ne fais pas de cheval).

 

panne dinspiration

 

La préparation physique, le secret anti panne d’inspiration ?

J’ai tendance à penser que l’exercice physique ne peut être que profitable à un auteur en panne d’inspiration. En général, une bonne promenade au grand suffit à faire sauter bien des blocages d’écriture.

D’autres écrivains me rejoignent sur ce point, bien qu’ils me semblent parfois pousser le zèle un peu loin.

  • Charles Dickens était ainsi un grand marcheur. Le célèbre écrivain anglais est connu pour ses déambulations nocturnes dans les rues de Londres.
  • Dan Brown est un fervent adepte des séries de pompes après chaque heure de travail d’écriture. Jusque-là, pas de souci. Bon, il paraît qu’il aime également enfiler des bottes de gravité et se prendre par les pieds chaque matin… Je vous laisse tenter l’expérience, si vous le souhaitez. Moi, je ne peux pas, je n’ai pas de bottes de gravité (#TooBad).
  • Sinon, vous pouvez tenter la méthode Haruki Murakami. Cet auteur japonais se lève chaque matin vers 4 heures. Ensuite, il écrit pendant 5 à 6 heures. Et ensuite, il va courir 10 kilomètres, ou nager 1,5 kilomètre (ou les deux).
  • En moins #healthy, vous avez également la méthode de Francis Scott Fitzgerald, qui consistait à écrire… bourré.

 

Toutes ces autres petites choses auxquelles vous n’avez sans doute pas pensé

Bon, écoutez, là je trouve que l’on commence à avoir exploré pas mal de techniques pour lutter contre la panne d’inspiration. Cependant, et parce que je voulais que cet article n’écarte aucune hypothèse qui pourrait vous aider à progresser, voici quelques dernières pistes.

  • Pour Truman Capote, impossible d’écrire quoi que ce soit un vendredi, dans une chambre d’hôtel portant le numéro 13, et s’il y avait plus de 3 mégots dans le cendrier. Je vous invite donc à vérifier si cette incapacité à écrire dans en semblables circonstances se vérifie pour vous 😉
  • L’écrivain Colette avait pour principe de ne pas se mettre au travail avant d’avoir retiré en nombre suffisant les puces de son chien. À tester assurément !
  • Corneille n’était vraiment au top de son inspiration qu’après s’être enroulé dans une couverture de bure, et s’être roulé sur le sol, dans une pièce bien chauffée. Un processus destiné à le délivrer de ses humeurs grâce à la sudation. Ensuite seulement, il pouvait commencer à écrire.
  • TS Eliot avait pour habitude de s’enduire le visage de poudre verte pour écrire. Si jamais vous souhaitez tester cette méthode, je vous conseille de faire un bon stock de poudre holi !
  • Une méthode un peu compliquée à mettre en oeuvre sans risquer un internement psychiatrique, mais je m’en voudrais de vous priver de cette information : Gérard de Nerval trouvait l’inspiration en promenant en laisse… un homard (vivant).

 

remèdes pour pannes d'inspirationJe sens que là, vous êtes vraiment armés pour affronter votre prochaine panne d’inspiration. Comment ça, oui mais non ?

 

 

Je me dois de citer mes sources (car oui, j’ai fait des recherches !) :

 

 

Pour compléter cet article, peut-être aurez-vous envie de découvrir ma préparation de warrior pour commencer à écrire un livre !

 

Astuces d'écrivains

 

 

  • 21
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez v​otre KIT DE DÉMARRAGE pour écrire un roman !